Des dessins pour nulle part

A chaque fois que je commence à écrire un nouveau texte d’album, c’est avec l’idée de l’illustrer moi-même. Ma dernière idée est même née à partir d’un griffonnage.
Toujours pleine d’enthousiasme, je fais quelques croquis, je choisis la technique, et en parallèle, je me mets à écrire. Et finalement, lorsque le texte est terminé, je réalise que si je décide de l’illustrer, j’en aurai pour au moins six mois (étant donné mon grand manque de technique) -et encore : uniquement si un éditeur accepte mes dessins maladroits et pas très professionnels, ce qui n’est pas gagné. Et quand un texte est terminé, ce dont j’ai, au fond, vraiment envie, c’est que quelqu’un me dise : “on le publie là, tout de suite” et pas “reviens avec de meilleurs dessins dans un an ou deux et on en reparlera”.
Alors je me résigne : je commence à rêver aux dessinateurs avec qui j’aimerais travailler (et ça aussi c’est chouette), et je compte les jours en attendant les réponses d’éditeurs.

Un jour, peut-être, je réunirai toutes mes tentatives d’illustrer mes histoires. En attendant, quelques uns des essais faits pour mon dernier texte (oui, ils ont des problèmes de pattes avant).

4 thoughts on “Des dessins pour nulle part

  1. Bonjour,
    je découvre avec bonheur votre travail. Je vais suivre ce que vous faites avec beaucoup d’intérêt. Ces renards me plaisent bien. Je dessine moi aussi mais pas de manière professionnelle non plus (fanzines etc).

  2. Bonjour Anne,
    Merci pour votre message, cela fait grand plaisir !
    Je découvre votre musique avec plaisir, c’est extra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *