Des rencontres et des ateliers d’écriture à Gétigné

Au mois de mars dernier, la médiathèque de Gétigné (un merci géant à Claire et à Caroline !) m’a invitée pour plusieurs animations. Quelques textes et dessins étaient exposés, et je suis venue faire une lecture dessinée de Le voyage du petit nuage avec Charlotte des Ligneris, un atelier d’écriture, et deux rencontres-ateliers avec des classes de primaire de l’école Notre-Dame du Sacré-Coeur. Et c’était des moments drôlement chouettes ! En plus, grâce aux super bibliothécaires de Gétigné, les livres Monstrograph (Petite encyclopédie… et N’essayez pas de changer…) ont fait leur première entrée en bibliothèque (et leur premier passage à la radio), et ça c’est super. Alors comme je suis contente, je poste plein de photos (prises par Claire Weber-Fratti) !

Ma petite exposition de textes et dessins

Ma petite exposition de textes et dessins

Lecture-dessinée

Lecture-dessinée avec Charlotte des Ligneris

Avec les enfants, on a discuté du métier d’écrivain, de ses outils et de ses lieux d’écriture, des livres qu’on écrit, de ceux qu’on aime et de ceux qui sont refusés, on a bien rigolé, on a fabriqué des minilivres avec nos petites mains, on a pris possession de toute la bibliothèque pour écrire, et on s’est mis dans la peau d’objets et de créatures parties à la rencontre de leur pire ennemi, on a aidé des objets phobiques à vaincre leurs peurs, et on a imaginé nos immeubles idéaux, des immeubles avec un générateur, une salle de mariage, un “ascenseur lent”, un jardinier, un bureau du président, une fabrique de robots, un” ascenseur pour flemmards et un escalier pour sportifs”, un écrivain (dans la bibliothèque), ou une gouttière bien sûr, des immeubles arrondis ou “évidemment rose”.

© Claire Weber-Fratti

Atelier de création de mini-livres de à Z

© Claire Weber-Fratti

L’immeuble idéal de la classe de CE2

Petite liste d'objets qui ont peur d'accomplir leur destin

Petite liste d’objets qui ont peur d’accomplir leur destin

© Claire Weber-Fratti

C’est un des bonheurs que j’ai découverts avec ce métier : les rencontres et les ateliers d’écriture avec des enfants. C’est parfois difficile, c’est toujours un défi (d’ailleurs, j’ai chaque fois le trac), mais quand ça se passe bien, ça donne une énergie folle. On se dit qu’on a peut-être réussi à donner quelques armes à ces enfants, qu’on leur a peut-être montré qu’ils ont de l’imagination (plein d’enfants – encore plus d’adultes – en doutent et c’est triste), des idées et des envies, et qu’ils doivent les protéger et les suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *